Panorama des associations d'amis d'écrivains

La France compte quelque deux cents associations d’amis d’écrivains actives, en quasi-totalité créées après 1945. De tailles très diverses, elles entretiennent le souvenir de la plupart des grands auteurs, mais aussi d’autres moins célèbres qui risqueraient de tomber dans l’oubli.

Si certaines sont affiliées à des maisons d’écrivains, elles fonctionnent majoritairement sans l’atout que constituent ces lieux de mémoire.

Comment les sociétés de lecteurs participent-elles à la transmission des grandes œuvres de la littérature ? Pourquoi en devient-on membre ? Quelles relations entretiennent-elles avec les territoires ?

Aucune typologie des associations d’amis d’écrivains n’a été établie depuis vingt ans. 

À l’occasion de leur premier Salon, ce Panorama apporte des éléments de réponse.

 

Voyage gastronomique en littérature

Dans cet ouvrage on trouve du thé, des madeleines, du pain volé, de la marmelade, du chocolat chaud, mais aussi de la soupe de clams, des sardines à l’huile, des huîtres, des noix au miel, du poulet frit, de l’oie farcie, du pont-l’évêque, des andouilles, sans oublier holothuries, muscat de Frontignan, fromage de Sassenage, brouet clair, rillettes de Tours, bonne soupe, cailles en sarcophage, pièce montée, porto, etc. Et quelques chats d’écrivains.

Tous ces plats sont servis par (entre autres) Marcel Proust, Victor Hugo, Agatha Christie, la comtesse de Ségur, Herman Melville, Georges Fourest, Casanova, Léon Tolstoï, Scott Fitzgerald, Zola, Maupassant, Rabelais, Jules Verne, Colette, Dumas, La Fontaine, Balzac, Molière, Karen Blixen, Flaubert, Louis Aragon, George Sand, etc.

Minette de Combray est domiciliée à Illiers-Combray, et tous les ans elle se balade dans des textes littéraires qui illustrent le thème du Salon International des Amis d’écrivains. En 2021, la gastronomie.

 

L'invincible papier

Compact et portatif, entièrement recyclable, 100 % autonome en énergie, bon marché, jamais en panne ni obsolète, imperméable aux virus, ergonomique, ce support cognitif a permis une rupture technologique sans équivalent dans l’Histoire.

On pourrait le croire découvert récemment dans la Silicon Valley… il est pourtant né en Chine il y a deux mille ans ! Ce matériau aux propriétés exceptionnelles, c’est le papier. Et l’invention qu’il a rendue possible, c’est le livre imprimé.

En dépit des conjectures qui les disent menacés par le numérique, l’un et l’autre sont toujours bien vivants. Pourquoi cette résilience ?

En passant en revue leurs usages dans notre vie quotidienne, Camille Palandjian explique les raisons du succès persistant de l’invincible papier.

 

 

À bicyclette

Dans ce livre, je vous invite à une grande balade dans le temps pour découvrir sans aucune chronologie l’univers de la bicyclette avec une centaine d’images, photos, lithographies, affiches, gravures, aquarelles, dessins humoristiques, en compagnie d’écrivains comme Colette, Simone de Beauvoir, Zola, Proust, Jules Romains et bien d’autres, dont les œuvres ont parlé du vélo avec humour, amour et sarcasme !

Aujourd’hui, les deux-roues connaissent un développement spectaculaire et bientôt tout le monde va pédaler joyeusement ou se laisser emmener avec douceur sur son vélo électrique, tout en contribuant à sauver la Planète.

Et vive la bicyclette !

 

 

Pour la musique

On peut vivre sans la musique… mais pas aussi bien !

Que la musique classique apporte des joies intenses, c’est connu. Que ses bienfaits ne soient pas réservés à une minorité de fidèles, cela l’est moins. Or devenir musicien actif ou mélomane relève d’une initiation qui n’est ni obligatoirement longue, ni tellement difficile. En s’appuyant sur sa propre expérience, Loïc Rocard se propose de convaincre qu’à tout âge, pour soi-même ou ses enfants, l’aventure vaut d’être tentée.

Destiné à ceux qui désirent affiner le plaisir que leur procure déjà la musique comme à ceux pour qui il est encore à découvrir, ce livre invite à déambuler à travers l’histoire et les singularités de sa pratique. Réflexion sur la relation entre l’amateur et la musique, il se penche aussi sur les conditions de son enseignement et les choix pédagogiques qui permettraient d’en accroître le rayonnement. 

À la fin de l’ouvrage, l’auteur paye sa dette à l’égard des compositeurs qui la lui ont fait aimer, en proposant une sélection commentée de pièces brèves, idéale pour tester ses goûts personnels et gagner l’envie d’aller plus loin, en musique.